Quantcast

Signification et interprétation de la Tempérance

Quatorzième arcane du tarot, cette carte montre, dans sa version la plus commune, une jeune femme versant de l’eau d’un récipient dans un autre contenant probablement du vin. Une allégorie dont la signification semble, et c’est le cas de le dire, couler de source. La Tempérance nous conseille littéralement de « mettre de l’eau dans notre vin », c’est-à-dire de modérer nos désirs et nos emportements. Mais, comme nous allons le voir, certains éléments iconographiques en compliquent légèrement l’interprétation. 

« Le ciel rabaisse toujours ce qui dépasse la mesure » — Hérodote.

SIGNIFICATIONS INITIATIQUES ET/OU DIVINATOIRES DE LA TEMPÉRANCE

Qualités : Équilibre, modération, mesure, équanimité, détachement, tempérance. Équilibre des opposés. Discernement. Évolution d’une situation. Sécurité, réconfort, protection. Négociations, diplomatie. 

Défauts : Complaisance, autosatisfaction, narcissisme. Compromis, tiédeur, routine. Laxisme. Mollesse. Indifférence. Gaspillage des ressources. Manipulation.

Amours & Relations : Relations saines, équilibrées, échanges.

Travail & Argent : Bonne intelligence, équilibre entre les rentrées et les dépenses.

Ésotérisme et Magie : Alchimie.  

Message : Mettre de l’eau dans son vin.

ASSOCIATIONS DE LAMES MAJEURES AVEC LA TEMPÉRANCE

Rappelons que les cartes, oracles ou tarots, sont des supports de voyance et non des distributeurs de réponses automatiques. Interpréter une carte (ou une association de cartes) hors contexte, comme si celle-ci possédait un sens absolu, est la meilleure façon de passer à côté du message. Néanmoins, certaines combinaisons d’atouts peuvent donner des orientations :

La Temperance Le Bateleur

La Tempérance + Le bateleur : Harmonie, équilibre. Entente parfaite. Amitiés. 

La Temperance La papesse

La Tempérance + Papesse : Rentrée d’argent. Abondance. Équilibre financier. Tendresse dans le couple. Amitiés fidèles. Spiritualité. Ancêtres. 

La Temperance L'imperatrice

La Tempérance + L’impératrice : Une situation tendue qui s’apaise. Douceur. Pacification. Le temps qui passe. La patience. Amertume. Nostalgie. De vieilles relations amoureuses ou amicales. 

La Temperance L'Empereur

La Tempérance + L’Empereur : Modération. Prudence. Avancée lente, mais assurée. Cheminement. Progrès. Apport. Soutien extérieur. Alimentation. Troubles intestinaux ou urinaires. Relation sereine et amicale. Partage équitable. 

La Temperance Le Pape

La Tempérance + Le Pape : Évolution positive. Communication. Échanges. Écoute. Relation sereine et enrichissante. Travail en groupe harmonieux. Manipulation psychologique. Commerce. Fructification d’un investissement. Apport financier. 

La Temperance Les Amoureux

La Tempérance + Les Amoureux : Amélioration générale. Idéalisme affectif ou sentimental. Promesses. Engagements. Réconciliation. Retrouvailles. Éloquence. Conversations. Équilibre financier ou professionnel.

La Temperance Le Chariot

La Tempérance + Le Chariot : C’est le moment de prendre les choses en main. Ambition récompensée. Projets en bonne voie. Progrès. Vous êtes sur la bonne voie. Voyage, déménagement. Promotion. 

La Temperance La justice

La Tempérance + La Justice : Paperasses, transactions. Légalisation d’un statut (professionnel, amoureux, etc.). Métiers en rapport avec l’administration ou la justice. Investissements financiers. 

La Temperance L'hermite

La Tempérance + L’Hermite : Retard dans un projet. Les choses trainent. Procrastination ou lenteur. Paresse. Solitude. Vous devez demander de l’aide autour de vous. 

La Temperance La Roue

La Tempérance + La Roue de Fortune : Des choses à réajuster ou à modifier dans vos projets ou vos relations. Petits déplacements. De légers progrès ou des progrès à court terme. Petites réussites. Rapidité. 

La Temperance La force

La Tempérance + La Force : Recherche d’un équilibre, d’une harmonie. Échanges, circulation d’argent. Recherche dynamique de contacts ou recherche d’emploi. Mise en place d’un projet. Rassemblement bénéfique des forces. 

La Temperance Le Pendu

La Tempérance + Le Pendu : Précautions, calme, apaisement. La situation requiert de la patience et de la délicatesse. Mettre de l’eau dans son vin.

La Temperance L'Arcane sans nom (la mort)

La Tempérance + La Mort : Prudence, retenue et lenteur. Maîtrisez-vous. Temporisez. Ralentissez. Économies.

La Temperance Le Diable

La Tempérance + Le Diable : Personne manipulatrice. Escroc ou beau parleur. Méfiez-vous des apparences. Sexualité trouble. 

La Temperance La Maison Dieu

La Tempérance + La Maison Dieu : Projet trop ambitieux, vous avez les yeux plus gros que le ventre. Risque que tout s’effondre. Échec. Querelles, désillusions, déceptions. Ennuis divers, retours de flammes d’actes du passé. 

La Temperance L'étoile

La Tempérance + L’étoile : Sobriété, ascèse. Maîtrise de soi. Discrétion. Pureté. Cartes très favorables pour le sport, le développement personnel, l’alimentation, etc. Satisfaction personnelle. Excellent travail. Faites valoir vos compétences. Tri dans l’entourage. 

La Temperance La Lune

La Tempérance + La Lune : Vous réfléchissez trop. Anxiété, angoisse. Introversion. Gestation. Création ou maturation artistique. Métiers en rapport avec la grossesse ou de très jeunes enfants. Superstitions. 

La Temperance Le Soleil

La Tempérance + Le Soleil : Échanges, amitiés, transactions positives. Enfance ou travail avec des enfants. Plein air. Relation amoureuse de plus en plus épanouie. Expansion d’un commerce ou d’une entreprise. Bénéfices financiers. 

La Temperance Le jugement

La Tempérance + Jugement : Extraversion, communication. Groupes. Enthousiasme. Sorties, mouvements. Commerce. Métiers en rapport avec la communication, le commerce ou les petits déplacements. 

La Temperance Le monde

La Tempérance + Le Monde : Confort, luxe. Aisance. Réussite facile. Stabilité. Sécurité, protection. Bons investissements. 

La Temperance Le mat

La Tempérance + Le Mat : Vous prenez la clef des champs. Sensation de liberté. Dispersion. Rejet des responsabilités. Dépenses compulsives. 

Quelques associations avec trois cartes : 

La Temperance Le Chariot Le monde

La Tempérance + Le Chariot + Le Monde : Promotion. Réussite professionnelle. Importante rentrée d’argent. 

La Temperance Le Diable La Lune

La Tempérance + Le Diable + La Lune : Manipulation, escroquerie. Emprise malsaine. Pervers narcissique. 

La Temperance L'Arcane sans nom (la mort) Le Bateleur

La Tempérance + La Mort + Le Mat : Rupture libératrice avec le passé, avec un emploi ou une personne.

La Temperance L'hermite La Lune

La Tempérance + L’Hermite + La lune : Risque de dépression nerveuse. Repli sur soi. 

SYMBOLISME ET HISTOIRE

Après la Force et la Justice, la Température est la troisième des Vertus Cardinales représentées dans le tarot. Appelée sophrosyné chez les Grecs, elle est synonyme de modération, de modestie et de maîtrise de soi. Pilier de la morale antique, elle s’oppose à l’hybris, crime d’orgueil, d’emportement et de démesure de l’homme prétendant s’élever au rang des dieux et s’attirant leur courroux. Bras armé des dieux et personnification de leur colère, Némésis, déesse « de la juste rétribution », est chargée de frapper les coupables et de préserver ainsi l’équilibre hiérarchique du monde. L’hybris est d’ailleurs le thème principal de la tragédie grecque et le leitmotiv de nombreuses mésaventures mythologiques, comme celles de Prométhée, d’Icare ou de Tantale. 

La tempérance sera placée par les Pères de l’Église au rang des Vertus Cardinales, l’accent se déplaçant alors sur la maîtrise des pulsions, notamment charnelles. Il ne s’agit plus de remettre à sa place l’homme qui prétendrait concurrencer les dieux, même si le christianisme déconseille sûrement l’audace. Selon Saint Thomas d’Aquin, cette vertu « contrarie l’inclination de la nature bestiale qui n’est pas soumise à la raison ». 

Dans les plus anciens jeux de tarot, tels que le Visconti-Sforza ou le tarot dit de Charles VI, cette carte admet peu de variantes, emboîtant le pas aux topoï de l’iconographie médiévale. Ceux-ci montrent la tempérance généralement sous les traits d’une femme versant un liquide d’un récipient dans un autre, parfois tenant un mors, une torche ou encore un sablier (suivant cette idée que cette vertu est « une mesure que la raison impose aux actions et aux passions humaines » - Saint Thomas d’Aquin). 

Tarot Visconti-Sforza (vers 1451) ; tarot de Charles VI (milieu du 15e siècle).
Tarot Visconti-Sforza (vers 1451) ; tarot de Charles VI (milieu du 15e siècle).

Dans le tarot de Paris, une femme éteint un incendie avec une cruche d’eau. Plus amusant, dans le jeu dit « Catania », car conservé au Musée municipal de Catane, datant du milieu du 15e siècle, le personnage se refroidit les parties génitales en s’aspergeant avec ce qui semble être le contenu d’un vase. Mais ces variantes expriment peu d’écarts de sens, car il s’agit toujours de « refroidir » le feu des passions. Dans le deuxième exemple, la présence de qui semble être un cerf est possiblement une allusion à la transformation d’Actéon, puni pour avoir mis en péril la chasteté de Diane. 

Tarot Catania (milieu du 15e siècle) ; Tarot de Paris (début du 17e siècle)
Tarot Catania (milieu du 15e siècle) ; Tarot de Paris (début du 17e siècle)

Dans ces premiers tarots, la carte est placée juste avant ou après l’Amoureux, ce qui est cohérent avec son injonction de modérer les passions. Elle change de place au siècle suivant, en même temps que certaines singularités apparaissent [1]. Un poème d’Andrea Alciati, datant de 1544, la nomme « Fama », la renommée. Un terme que l’on retrouve un siècle plus tard dans le tarot de Viéville (vers 1650) : le personnage tient un phylactère portant l’inscription Fama Sol : « la gloire seule ». Sans doute copiée du Viéville, la même variante se retrouve sur le tarot flamand Vandenborre (1780) :

Tarot de Viéville (vers 1650) ; tarot Vandenborre (1780).
Tarot de Viéville (vers 1650) ; tarot Vandenborre (1780).

Cette originalité, qui fera couler beaucoup d’encre, a été occasionnellement justifiée par l’influence des Triomphes de Pétrarque sur le jeu de tarot. Ce poème allégorique en six parties met en scène à tour de rôle l’Amour, la Chasteté, la Mort, la Renommée, le Temps et l’Éternité. La Gloire suit donc la Mort, avant d’être vaincue par le temps. Mais que vient faire ici la vertu de Tempérance ? Dans son Discours sur l’ordre des figures du tarot (1565), Francesco Piscina nous tricote une explication : « Puis [après la Mort] vient la Tempérance, l’une des plus belles vertus, qui nous modère dans les plaisirs du corps (…) qui ne craint pas les coups de la Mort, ni l’inconstance de la Fortune : au contraire, les vertus rendent les hommes immortels, selon l’opinion du Poète, ils arrachent l’homme à la tombe pour lui conférer une existence pérenne ».

À défaut d’être convaincu par cette explication, on peut s’offrir de nouveaux détours pour approcher la carte : certains exégètes ont cru reconnaître dans ce mélange des liquides, celui de l’eau et du vin des noces de Cana ou celui de l’eucharistie, dont il est dit dans l’Évangile de Jean : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle » (Jean, 6, 54) ; d’autres y voient une référence à Hébé, la déesse grecque de la jeunesse, qui, avant d’être remplacée par Ganymède, servait aux dieux le nectar d’immortalité ; d’autres encore, dans une lecture plus moderne, veulent reconnaître dans ce transvasement un symbole de la réincarnation, l’âme changeant de « vaisseau », pour renaître. Le personnage serait alors un ange ou une entité psychopompe, ce qui expliquerait que des ailes lui ont soudain poussé dans le dos. 

Car un autre élément intriguant est l’apparition tardive de cet attribut. Jusqu’au tarot de Jean Noblet, c’est-à-dire la deuxième moitié du 17e siècle, la Tempérance n’est jamais pourvue d’ailes. Après Jean Noblet, cette singularité devient systématique. 

Il semble ici que plusieurs inspirations se mêlent. Si les représentations classiques de la Tempérance ne montrent jamais un personnage ailé, l’iconographie offre d’autres figures allégoriques pourvues d’ailes, comme Victoria (la victoire), Fama (la gloire) et Fortuna (la chance, le destin). Mais la première est toujours montrée triomphante, une couronne de laurier à la main et la seconde est généralement armée d’une trompette. Quitte à filer le jeu des ressemblances, c’est à Fortuna que s’apparente le mieux notre arcane. Divinité de la chance et du destin, son nom dérivant du latin « fors » signifiant « sort », Fortuna est l’équivalent romain de la grecque Tyché, traditionnellement représentée avec des ailes, souvent les yeux bandés, une gerbe d’épis (symbole de la prospérité), une roue symbolisant le destin, parfois un globe et une corne d’abondance. Cette silhouette est également celle d’une divinité avec laquelle Fortuna marche main dans la main : Némésis, déesse de la « juste rétribution », chargée de châtier les mortels coupables d’hybris, autrement dit ayant précisément manqué de tempérance. Les représentations de Némésis la montrent soit avec les attributs classiques de Fortuna / Tyché, soit lui prêtent les traits des Érinyes. 

Ce rapprochement, sans doute discutable mais qui a le mérite de ramener la Tempérance à ses valeurs fondamentales, trouve un écho dans une œuvre qui laisse toujours songeurs les historiens de l’art. À l’Accademia de Venise sont conservés des panneaux dont les quatre premiers, du peintre Giovanni Bellini, représentent des scènes allégoriques. Le cinquième, désormais attribué à Andrea Vitali (vers 1490) montre une femme au corps de harpie, les yeux bandés, debout sur un globe et tenant deux cruches afin peut-être de répandre la bonne et la mauvaise fortune. Or, l’ambiguïté de l’image lui a valu d’être tour à tour intitulée « Fortuna », « la Tempérance » puis « Némésis », sans que personne ne parvienne à trancher. 

La Tempérance ou Némésis, Andrea Vitali, Académie de Venise (vers 1490).
La Tempérance ou Némésis, Andrea Vitali, Académie de Venise (vers 1490).

La carte connaît un nouveau tournant interprétatif vers le milieu du 19e siècle, après que le jeu de tarot ait été investi par des auteurs qui veulent y reconnaître des symboles occultes. Dans un premier temps, Court de Gébelin et Etteilla conservent une lecture classique de la Tempérance. On peut ainsi lire dans le Troisième cahier : « La tempérance est une vertu qui régit le moral comme le physique (…). Tempérance recommande la chasteté dans la virginité, le mariage et le veuvage ; elle domine sur la continence, la clémence, la modestie, l’étude, l’affabilité la mansuétude, la miséricorde, l’humilité, la modération, la simplicité ; et elle maîtrise l’ambition, curiosité, le luxe, le jeu, l’ivrognerie, l’amour propre et enfin tous les vices… ». 

Puis tout change avec Eliphas Levi dans les années 1860, qui décrit la carte comme : « un ange, ayant le signe du soleil sur le devant, et sur la poitrine le carré et le triangle du septénaire, vers d’une coupe dans l’autre les deux essences qui ont l’élixir de vie » (Dogme et Rituel de la haute magie). L’atout amorce son virage vers une lecture ésotérique. Avec Waite, le personnage perd son genre : la Tempérance n’est plus une femme, mais un ange dépourvu de sexe. Dans le Tarot de Thoth, la carte change de nom pour « L’Art », autrement dit l’alchimie. On peut d’ailleurs y lire la fameuse devise alchimiste dont l’acronyme est « VITRIOL » : Visita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem (visite l'intérieur de la terre et, en rectifiant, tu trouveras la pierre cachée).

Tarot Rider-Waite (1910) ; tarot de Thoth (1944).
Tarot Rider-Waite (1910) ; tarot de Thoth (1944).

De là, de nos jours, plutôt que la modestie et la maîtrise de ses pulsions, cette carte signifiera l’équilibre, les échanges relationnels ou commerciaux, la diplomatie, la douceur, la sécurité, etc., et d’un point de vue spirituel : le travail sur soi / le développement personnel ; l’harmonie des énergies, l’équilibre entre les aspirations matérielles et spirituelles ; la guérison des blessures du passé, parfois « la mission de vie ». 

LETTRE HÉBRAÏQUE

La lettre associée à la Tempérance est le Noun

La lettre associée à la Tempérance est le Noun. Comme le Mem, elle a deux graphies : une forme fermée quand la lettre est au milieu d’un mot et une forme ouverte à la fin du mot. Le signe Noun fermé est récipient, une coupe ou un croissant de lune. Le Noun ouvert symbolise un serpent ou un poisson (noun en araméen). Émergeant des eaux symbolisées par le Mem, il est le fondement et le début de la vie. Dans le Zohar, la lettre Noun est associée à la lune qui est en rapport avec la germination, la croissance.

NOTES ET SOURCES

[1] L’ordre des cartes du tarot et la façon dont il s’est fixé sont toujours sujets à débat. Michael Dummet distingue principalement trois séquences, les deux premières correspondant aux premiers jeux, nés en Italie au 15e siècle, la dernière correspondant à l’invasion de l’Italie par les rois de France Charles VIII et Louis XII, à la toute fin du 15e siècle, et à l’exportation de ce jeu à l’étranger. C’est à partir de cette troisième séquence, dite « milanaise » que la Tempérance occupe le numéro XIV dans les atouts.


Articles autour de ce sujet